La production des legumes et fruits au Maroc
L'art de produire les legumes et les fruits au Maroc

Plan du site

www.legume-fruit-maroc.com

L'auteur du site

Les nouveaux cours 2012
  Nouveaux cours du professeur SKIREDJ
  Nouveautés

Fenêtre sur les articles du professeur ELATTIR

  Cours et articles du professeur ELATTIR
Les legumes à organes souterrains
  1. La betterave potagère
  2. La carotte
  3. Le fenouil de florence
  4. Le poireau
  5. La patate douce
  6. La pomme de terre
  7. L'ail
  8. Le navet
  9. Le topinambour
  10. L'echalote
  11. L'oignon
Les legumes à receptacle floral et inflorescences
  1. L'artichaut
  2. Le fraisier
  3. Le brocoli
Legumes et fruits
  1. L'aubergine
  2. Le cornichon
  3. Le melon
  4. Le pasteque
  5. Le poivron
  6. La niora
  7. La tomate industrielle
  8. La tomate sous abri
  9. Le concombre
  10. Les courges
  11. Le gombo
Les foliacées
  1. L'asperge
  2. La ciboulette
  3. Le cardon
  4. Le cerfeuil
  5. Le coriandre
  6. La laitue
  7. Le célerie
  8. Le persil
  9. Les chicorées
  10. Les choux
Legumineuses et maïs doux
  1. La feve en vert
  2. Le petit pois
  3. Le maïs doux
  4. Le haricot vert
Les cultures aromatiques
  1. L'absinthe
  2. Le sésame
  3. L'estragon
  4. La verveine
  5. La menthe
  6. Les épinards
Les fiches techniques des fruits
  1. L'abricotier
  2. L'amandier
  3. L'anonier
  4. L'avocatier
  5. Le bananier
  6. Le neflier du japan
  7. Le cognassier
  8. Le figuier
  9. Le figuier de barbarie
  10. Le grenadier
  11. Le jujubier
  12. Le kaki
  13. Les agrumes
  14. Le pecher et la nectarine
  15. Le poirier
  16. Le prunier
  17. La vigne
Logiciel de calcul des fumures
Découvrez le logiciel

 
 
Cherchez à l'intérieur du site: Legume Fruit Maroc
   
 
 
 

Les cultures des chicorées

(chicorées et endives)

 

Plante et importance de la culture au Maroc :

Les chicorées sont des plantes légumières, de la famille botanique des Composées (Astéracées). Elles sont groupées en deux classes : (1) les chicorées endives ( Cychorium endivia L) présentées par 2 races différenciées : la chicorée frisée et la chicorée scarole (ressemblant beaucoup à la laitue feuillée ; c'est une plante annuelle, mais qui se comporte comme une plante bisannuelle, montant à graine en condition de froid) et (2) les chicorées amères ou sauvages ( Cychorium intybus L ) qui sont des plantes vivaces, se comportant aussi comme des plantes bisannuelles dans leur culture et regroupant 2 types de cultures : type 1, contenant la chicorée amère (barbe de capucin) à feuilles dentées et découpées et la witloof (pomme à feuilles serrées) et type 2, contenant la chicorée à café (consommation des racines préparées en poudre en remplacement du café). Les parties consommées diffèrent donc d'un type à l'autre (feuilles pour la chicorée frisée et la scarole, pomme pour la witloof (endive) après blanchiment et étiolement de la racine afin de la séparer de la pomme, et racines séchées et torréfiées pour la chicorée à café). L'origine des chicorées n'est pas connue avec certitude; probablement c'est l'Inde ou la Méditerranée. Le légume est nutritif et présente différentes utilisations médicinales. Il est riche en vitamine A, Ca, P et Fer. Au Maroc, les chicorées ne sont produites que par des amateurs dans leur jardin familial.

Préférences pédo-climatiques :

La plante est de saison froide. Les semences (600 graines/g) germent bien à une température du sol de 12- 15 °C . L'optimum pour la croissance végétative est de 25- 28 °C avec des jours courts. Lorsque la température est inférieure à 15 °C pour une certaine période (quelques semaines), pour le type sauvage (witloof, barbe de capucin et chicorée à café), la vernalisation est déclenchée et la montée à graines est prématurée, surtout en conditions de jours longs. Les exigences en lumières sont spécifiques au besoin de la photopériode: les chicorées sont des plantes de jours longs pour leur montée à graines (après vernalisation) mais de jours courts pour leur végétation. Les exigences en sol sont faibles (mêmes exigences que la laitue).

Variétés, travail de sol et semis :

Les principales variétés utilisées au Maroc sont les suivantes : Pour la chicorée frisée, on trouve la fine de Louvier, Ruffec, Saint Lorent, Olivet. Pour les chicorées scaroles, on trouve la grosse Bouclée, la géante maraîchère, le Cornet d'Anjou et Hiver de Vars. Pour la chicorée sauvage (amère), on trouve des populations de witloof et de barbe de capucin (la sélection variétale n'est que massale; la diversité est élevée dans les lots de semences actuellement commercialisés par les maisons grainières . La propagation est sexuée. Le nombre de graines par gramme de semence est de 600. La pépinière est couramment utilisée par les jardiniers au Maroc (cf laitue). Le semis direct est également possible. La date de semis pour une production d'hiver est Juin-Septembre. Elle est de Mars à Mai pour une production d'été. Le semis effectué en Automne ou en début du printemps présente le risque de vernalisation et de montée à graines; la pépinière doit alors être protégée sous châssis ou couche tiède. Il faut activer la germination des graines en maintenant si possible une température de 18- 20 °C et une humidité de sol à sa capacité au champ. La levée est alors rapide (4-5 jours après semis). Avec 1- 1,5 kg de semences, on peut planter un ha de terrain. Avant la plantation, il est recommandé d'habiller les plantules (raccourcissement des extrémités des feuilles et une partie des racines). Pour un semis direct, on a besoin de 2- 2,5 kg de semence et d'éclaircir au stade 4-5 feuilles. L'arrangement des plantes sur le terrain est le même que pour la laitue.

Irrigation :

Les besoins en eau sont faibles durant la végétation et élevés à l'approche de la récolte. Il faut maintenir une humidité constante dans le sol avec des irrigations modérées. Deux à trois binages-sarclages sont nécessaires ainsi que des arrosages réguliers le long du cycle cultural. Les apports d'eau sont de l'ordre de 300-400 mm/cycle cultural.

Fertilisation :

La fumure de fond est constituée de 30 T/ha de fumier + 30- 40 kg N + 60- 120 kg P2O5 + 100- 120 kg K2O/ha. Celle de couverture est en général négligée ; on peut apporter 30 kg N/ha un mois après la levée si le sol est pauvre.

Principaux ennemis de la culture et méthodes de lutte :

Les principaux ennemis de la culture sont les mauvaises herbes, les insectes (la mouche de l'endive, la noctuelle, les taupins, les acariens et les pucerons), la bactériose, les maladies cryptogamiques (mildiou , oïdium, rouille, pithium, Rhizoctonia). Les maladies physiologiques sont l'axe brun (carence en Ca), l'endive bleue (excès de fer), point noir (faible humidité relative dans le lieu de stockage), endive rouge (exposition à la lumière) et racines eclatées (gel ou alternance irrigation-sécheresse).

Récolte et manipulation du produit :

La récolte commence 3 mois après le semis. La cueillette s'effectue comme pour la laitue. Le rendement moyen national est de l'ordre de 30-40 T/ha.

Conditions d'une bonne conservation et forçage (ou blanchiment) :

Pour la scarole et la chicorée frisée, en plein développement des feuilles, on peut procéder au blanchiment, c'est-à-dire on lie les feuilles par le raphia et on les couvre par un plastique noir ou une toile de jute pendant une à deux semaines afin de les priver de lumière et réduire de leur couleur verte. Pour les witloofs et la barbe de capucin, on arrache les plantes et on procède à un ressuyage en laissant les plantes arrachées intactes. Après quelques jours, on coupe les feuilles à 1- 2 cm du collet. On conserve les racines munies des pommes dans des couches de forçage, en tas (1m x 2 m x 10 m ) ou en silo ventilé obscur. Le rendement obtenu est de 15-30 T/ha de racines avec renflement. Une à deux semaines après (si la température ambiante est élevée, une seule semaine suffit), les racines sont retirées, sélectionnées et mises en cave de forçage, sans lumière pour la barbe de capucin et en terrain de forçage (dans des tranchées dans le sol) pour le witloof. Pour accélérer le processus de forçage, on chauffe le local (parfois, on dépose les racines sur couches de fumier dégageant la chaleur). On couvre les racines par de la terre. Le forçage provoque l'étiolement de la tige réduite et sépare la racine de la pomme à consommer. Après le forçage, on coupe les racines qui se détachent facilement et on obtient une pomme de witloof ou une barbe de capucin de bonne qualité.

 

Institut Agronomique et vétérinaire Hassan II

Département d'horticulture

Co auteurs = Pr Ahmed Skiredj, Hassan Elattir et Abdellatif ElFadl

Fiches en arabe
Fiches en arabe2
Tomate industrielle
Exercices solutionnés
1. Axes de recherche sur la tomate industrielle 1. Formation des producteurs de haricot vert (Skhirat)
2. Endurcissement des plantules de tomate industrielle au Loukkos 2. Formation-assistance-pomme de terre (Benslimane)
3. Rentabilite de la tomate industrielle 3. pépinière (palmier et pélargonium)-Casa
4. Revue bibliog. Tomate industrielle ferti-irrigation 4. Rapport d'audit sur une bananeraie
Cours du professeur Ahmed SKIREDJ...
Articles divers
5. Rentabilité de la tomate-haricot vert (Gharb)
Cours construction des serres canariennes 1. Cultures de diversification cas du haricot vert 6. Rentabilité du poivron sous serre (Menassra)
Cours 3eme agro 2. Melon au Haouz synthese 7. Création d'une unité bananière (Menassra)
Cours 4eme agro 3.Cultures aromatiques legumieres 8. Développement de la tomate industrielle (Gharb)
© www.legume-fruit-maroc.com, 2007-2012.