La production des legumes et fruits au Maroc
L'art de produire les legumes et les fruits au Maroc

Plan du site

www.legume-fruit-maroc.com

L'auteur du site

Les nouveaux cours 2012
  Nouveaux cours du professeur SKIREDJ
  Nouveautés

Fenêtre sur les articles du professeur ELATTIR

  Cours et articles du professeur ELATTIR
Les legumes à organes souterrains
  1. La betterave potagère
  2. La carotte
  3. Le fenouil de florence
  4. Le poireau
  5. La patate douce
  6. La pomme de terre
  7. L'ail
  8. Le navet
  9. Le topinambour
  10. L'echalote
  11. L'oignon
Les legumes à receptacle floral et inflorescences
  1. L'artichaut
  2. Le fraisier
  3. Le brocoli
Legumes et fruits
  1. L'aubergine
  2. Le cornichon
  3. Le melon
  4. Le pasteque
  5. Le poivron
  6. La niora
  7. La tomate industrielle
  8. La tomate sous abri
  9. Le concombre
  10. Les courges
  11. Le gombo
Les foliacées
  1. L'asperge
  2. La ciboulette
  3. Le cardon
  4. Le cerfeuil
  5. Le coriandre
  6. La laitue
  7. Le célerie
  8. Le persil
  9. Les chicorées
  10. Les choux
Legumineuses et maïs doux
  1. La feve en vert
  2. Le petit pois
  3. Le maïs doux
  4. Le haricot vert
Les cultures aromatiques
  1. L'absinthe
  2. Le sésame
  3. L'estragon
  4. La verveine
  5. La menthe
  6. Les épinards
Les fiches techniques des fruits
  1. L'abricotier
  2. L'amandier
  3. L'anonier
  4. L'avocatier
  5. Le bananier
  6. Le neflier du japan
  7. Le cognassier
  8. Le figuier
  9. Le figuier de barbarie
  10. Le grenadier
  11. Le jujubier
  12. Le kaki
  13. Les agrumes
  14. Le pecher et la nectarine
  15. Le poirier
  16. Le prunier
  17. La vigne
Logiciel de calcul des fumures
Découvrez le logiciel

 
 
Cherchez ŕ l'intérieur du site: Legume Fruit Maroc
   
 
 
 

Institut Agronomique et vétérinaire Hassan II

BP 6202 Rabat Instituts

 

LA CULTURE DU BANANIER

SOUS SERRE AU MAROC

 

1-Introduction:

La banane est originaire des jungles tropicales chaudes et humides du Sud-Est Asiatique. Avant 1978, date d'arrêt de l'importation du bananier, le Maroc a toujours été importateur de bananes. Pour la période 1971/1978, la consommation moyenne annuelle a été de 24000 tonnes dont 98.3% ont été importées. La banane locale de « Tamri » cultivée en plein champ a participé à cette consommation par 1,7 % (MAMVA, 1987). L'arrêt des importations a eu pour conséquence l'introduction de la culture du bananier sous abris- serre. Bien que nécessitant de gros investissements, ce nouveau système de culture a connu une extension rapide, allant de 2 ha en 1980/81 à plus de 2700 ha en 1996 (MAMVA, 1996). Actuellement, la superficie en bananeraie sous serre est de 3500 ha, avec une production annuelle de plus de cent mille tonnes.

II- Description de la plante:

A- Les organes végétaux:

Le bananier est une plante verte dite «herbacée». Il possède un rhizome ronflé qui donne naissance à des feuilles munies de gaines. La surface moyenne des feuilles est de 2,5 à 3 m² selon les variétés. Le stipe ou pseudo- tronc a un gros diamètre et une hauteur allant jusqu'à 8 m selon les variétés. La véritable tige de la banane ne dépasse pas le niveau du sol. C'est le rhizome à partir duquel naissent -vers le haut- les bourgeons auxiliaires qui donnent les rejets, assurant la pérennité de l'espèce, et - vers le bas - des racines qui s'enfoncent dans le sol. Le rhizome est donc l'élément de reproduction du bananier. Le tronc du bananier porte un seul rameau qui formera un régime constitué de fruits (bananes).

B- Les organes reproducteurs:

L'inflorescence, annoncée par l'apparition de bractées, se présente comme un cône violacé dirigé d'abord vers le haut puis, suite à la croissance du rachis, vers le bas (géotropisme positif) tout en déployant des gaines violacées, bractées, comportant à leurs aisselles des doubles rangées de fleurs femelles, mains, de 15 à 22 bananes. Chacune de ces fleurs, après développement parthénogénétique de son ovaire donnera un «doigt» ou banane qui, à la chute de la bractée, se recourbe vers le haut (géotropisme négatif). Chaque noeud ou double rangée de doigts constitue une main. Quant aux fleurs mâles, elles restent groupées sur le cône violacé situé à l'extrémité basale de l'inflorescence. La récolte intervient lorsque les doigts atteignent une croissance diamétrale suffisante (disparition des arrêtes). La plante mère, ayant achevé son cycle est rabattue à 60 cm du sol. Le rejet fils sélectionné pour lui succéder va préparer la production du cycle suivant.

C- Les phases du cycle de développement:

Trois phases caractérisent le cycle de développement du bananier:

*Phase végétative de 6 à 8 mois.

*Phase de floraison d'une durée de 3 à 4 mois.

*Phase de fructification d'une durée de 3 à 4 mois.

C'est au début de la première phase que les potentialités de développement sont déterminées. C'est durant cette phase que la nutrition azotée et potassique est la plus importante par rapport aux autres phases. Dans la deuxième phase, le pseudo- tronc ne grossit plus mais ses entre-noeuds s'allongent. Lors de la troisième phase, les entre-noeuds se raccourcissent et la surface foliaire diminue en faveur du développement de l'inflorescence. L'importance de l'azote diminue alors que les besoins en potassium augmentent.

D- Les exigences du bananier:

1-Exigences climatiques :

Le bananier est une plante de climat tropical humide, appréciant une hygrométrie élevée et un bon ensoleillement mais craint les vents et les variations brusques de température.

* Température: La température joue un rôle très important dans le développement de la plante, sa photosynthèse et l'assimilation des éléments minéraux. Le bananier est une plante sténotherme (avec des limites thermiques très étroites). Il est très sensible aux variations de température même entre le jour et la nuit.

* Humidité: Le bananier exige une forte humidité de l'air (60% à 90%). Les zones éloignées de la mer (absence d'influence maritime) sont relativement sèches. En cas d'une très basse humidité, on peut y remédier en irrigant ou en déclanchant la nébulisation sous- serre.

* La lumière: Le bananier est une plante qui a besoin d'un ensoleillement suffisant. Des durées d'insolation de 1900 à 2300 heures par cycle sont exigées par la plante. Sous des densités élevées de peuplement, on a un effilement des plantes et un retard de floraison et du grossissement du fruit.

* Le vent: Le bananier est muni d'un système racinaire traçant et superficiel. Par conséquent, il est sensible aux vents violents. Il est donc préférable d'installer des brise- vents dans les zones très ventées. Les vents chauds (chergui) réduisent l'hygrométrie de l'atmosphère et provoquent des brûlures sur les feuilles et les fruits.

2-Exigences édaphiques :

Le bananier est cultivé sur une large gamme de sols ayant des origines, des textures et des compositions chimiques très variées, mais les sols argileux ne conviennent pas du tout à la culture, surtout lorsqu'ils sont mal drainés. Les meilleurs bananeraies se rencontrent sur des sols profonds (au moins 60 cm de profondeur) drainant bien et ne présentant ni une texture lourde ni une faible perméabilité. Le bananier est cultivé sur des sols de pH variables (de 3,5 à 9), avec un optimum de 5,5 à 7,5. Le bananier peut tolérer l'eau d'irrigation d'une qualité allant jusqu'à 350 mg de chlorures par litre et jusqu'à 1,5 g de sels totaux par litre, ce qui correspond à une conductivité électrique de 3 dS /m. Les taux élevés de salinité ont pour effet le retard de la floraison et la diminution du rendement.

3-Exigences hydriques :

Dans la région du Souss-Massa, le besoin en eau du bananier «Grande naine» est de 995 mm durant un cycle de 335 jours. Les sols filtrants exigent des irrigations courtes et fréquentes. Le bananier est très sensible au déficit hydrique, ce qui se traduit par un allongement de la longueur du cycle et un jaunissement du feuillage. Toutefois, le bananier est toujours sujet à un déficit hydrique temporaire pendant les heures chaudes de la journée sans répercussions néfastes sur la production.

4-Exigences en éléments minéraux :

Le bananier, plante à croissance rapide et à rendement élevé est très exigeant en éléments nutritifs. La fréquence et le volume des apports sont guidés par le stade de développement de la plante d'une part et par les conditions édapho- climatiques d'autre part Les besoins en azote sont importants jusqu'à la floraison puis ils diminuent, tandis que les exigences en potassium sont plus grandes à partir de la différentiation florale qu'en période végétative. Le phosphore est apporté en amendement avant la plantation. Le magnésium est utilisé tout le long du cycle. Afin de proposer un plan de fumures, pour une densité de 2500 plants à l'hectare et un rendement de 60 tonnes /ha. Les doses préconisées d'apport de N, P205, K20 et Mgo sont de 450-600; 100-200, 1600-2400 et 150-200 Kg /ha/ cycle.

5-Exigences en Matière organique :

Dans une série d'expérimentations sur les effets du fumier de la ferme. Un apport allant jusqu'à 80T/ha/an de fumier hâte la croissance végétative, accélère la floraison et permet un raccourcissement de l'intervalle floraison - récolte. Le fumier de ferme seul augmente le rendement de 33%. Cependant, il est toujours bénéfique d'apporter les engrais avec le fumier naturel.

E- La culture du bananier sous serre :

1-Les types d'abri- serres utilisés au Maroc:

La culture de bananier au Maroc se fait sous deux types d'abris serres, métalliques et en bois.

a- Serres métalliques:

Le modèle le plus utilisé actuellement est le delta 36 (6 m x 6 m entre poteaux métalliques) qui couvre une superficie de 10.000 m². Le matériel utilisé consiste principalement :

- aux tubes galvanisés: 22 à 30 tonnes.

- au film plastique thermique : 3 tonnes environ.

D'autres types d'abris métalliques existent sur le marché marocain; On cite la delta 16 (4 m x 4 m entre poteaux métalliques) et la delta 24 (4 m x 6 m entre poteaux métalliques). Les serres métalliques présentent une faible résistance au vent et un placement instable du plastique qui se déchire au moindre coup de vent.

b- Serre en bois:

Les serres en bois sont inspirées des serres métalliques et sont conçues par les agriculteurs eux mêmes ou des spécialistes de la construction. Généralement, une serre en bois couvre une superficie d'un hectare; Le matériel nécessaire pour la couverture d'un hectare est le suivant :

- Poteaux d'eucalyptus : 630 poteaux de 4,5 m (en périphérie) et de 5,5 à 6 m (au milieu), soit un poids total de près de 30 à 40 tonnes.

- Film plastique thermique : 3 tonnes environ.

- fil de fer galvanisé : 9 à 10 tonnes environ.

Pour ce qui est de l'irrigation, les agriculteurs optent soit pour l'irrigation traditionnelle à la raie, soit pour la micro irrigation accompagnée d'un système de nébulisation.. L'élément essentiel qui conduit l'agriculteur à choisir entre la serre métallique ou la serre en bois est le coût d'installation. En effet, la serre métallique avec micro irrigation revient à 500- 550 mille DH/ha. La serre en bois avec micro- irrigation revient à moitié prix, soit à 230 à 250 mille DH/ha. Cependant les délais d'amortissement sont supposés plus longs dans le cas de l'abri métallique.

2-La plantation:

Dans le choix du site de la bananeraie, il faut éviter les zones gélives et ventées, l'eau d'irrigation doit être disponible et de bonne qualité. Avant la plantation, il faut procéder à une désinfection du sol pour lutter contre les nématodes. L'installation des brise- vents est également souhaitable voire indispensable dans les régions ventées. La densité de plantation moyenne sous serre est d'environ 2200 plants/ha, Elle peut atteindre 2500 à 3000 pieds/ha dans des cas extrêmes. Généralement on trouve deux modes d'arrangement des plants sous serre:

- Lignes simples : espacement de 2,5 m dans tous les sens.

- Lignes doubles (jumelées): 1,5 à 2 m dans la jumelée ; 4 à 6 m entre les doubles lignes et 1 à 2m entre les plants dans la ligne.

a- Préparation des plants et oeilletonnage:

Les plants consistent à des rejets qui doivent être prélevés dans des plantations bien choisies et bien entretenues. La sélection des pieds mères influe sur la performance de production .Ces pieds mères doivent être indemnes de maladies transmissibles par les plantes telles que les viroses. Le sol ne doit pas être infesté de nématodes.

La sélection des rejets autour du pied- mère doit se faire en phase végétative. On laisse généralement 1 à 2 meilleurs rejets, bien placés (équidistants autour de la souche mère); les autres rejets sont éliminés. Il est recommandé de faire l'oeilletonnage (élimination des rejets indésirables) avant la floraison du pied- mère.

b- Préparation du sol et mise en place des plants :

La préparation du sol comprend un labour moyen ou profond et éventuellement un sous- solage dans le cas de l'existence d'un horizon dur en profondeur. Avant de confectionner les trous de plantation, il faut désinfecter le sol par un nématicide. Les dimensions des trous sont en moyenne comme suit : 40 à 50 cm de côté et 35 à 40 cm de profondeur. Dans chaque trou il faut mettre un mélange de fumier (10 à 20 kg), de l'azote (50-100 g de sulfate d'ammoniaque) et de potasse (100 -200 g de sulfate de potasse). Les plants déjà préparés et désinfectés par trempage rapide dans l'eau de javel diluée, sont plantés dans les trous; on ne laisse apparaître que 8-10 cm du collet. Les plantations très profondes ne sont pas conseillées afin d'éviter la pourriture du collet. La date de plantation n'a pas beaucoup d'importance, mais elle est en général, située fin été- début automne, ou début printemps .Après la plantation, les apports fréquents d'eau sont nécessaires (une fois par jour).

c- Entretien de la culture :

c1- Fertilisation :

La culture du bananier, pratiquée généralement sur des sols sableux et pauvres en matière organique, nécessite de grands apports d'éléments nutritifs, particulièrement N et K. A titre d'exemple pour les sols de Rabat- Kénitra, les exportations par tonne de fruits sont de 1 à 2 kg N, 0,18 à 0,22 kg P et 4,3 à 4,9 kg K. Pour combler les exportations et les pertes par lessivage, il faut préconiser, le long de la culture, des apports suffisants, particulièrement de potasses et d'azote. On propose les apports suivants :

* En sol normal : fumier (60-80 t/ ha apporté en Février) + N : 10 grammes /pied/ mois + K : 10 - 15 grammes /pied/mois en phase végétative et 20-25 grammes /pied/ mois en phases préflorale et florale.

* En sol pauvre : fumier (80-100 T/ha en Février) + N : 80 - 120 grammes /pied /mois + K : 160 -300 grammes /pied /mois.

c2- Irrigation :

La culture du bananier sous serre exige un apport élevé en eau, soit 1600 à 2000 mm/an. Afin de couvrir les besoins hydriques de la culture, l'irrigation est nécessaire. Au Maroc l'irrigation du bananier sous serre est pratiquée selon deux modes: irrigation gravitaire et localisée (goutte-à-goutte et microjets). Selon la période de l'année et le mode d'arrosage, la quantité d'eau apportée à l'hectare varie du simple au double. A titre indicatif, au Souss-Massa, avec une irrigation localisée, l'apport d'eau est de 4 mm/j en moyenne ; il atteint 6 mm/j en été. Au Gharb, Rabat et Salé, un apport localisée est couramment utilisé à une dose de 3 mm en moyenne par jour, avec des pics de 4 à 5 mm/j en été.

c3- Contrôle des mauvaises herbes :

Les mauvaises herbes peuvent constituer un problème pour la croissance et le développement du bananier, en particulier au début de l'installation de la bananeraie. Ils peuvent également être à l'origine de la chute du rendement lorsque le bananier devient productif. Pour lutter contre les mauvaises herbes, il faut prendre en considération la forme superficielle du système racinaire du bananier ainsi que la sensibilité des jeunes plantes aux herbicides, surtout de type 2,4 D. De ce fait il faut éviter le désherbage chimique au début de la plantation. La lutte chimique peut être faite lorsque le pseudotronc est formé; on peut utiliser des herbicides tels que le paraquet et le gramoxone. L'utilisation de mulch (paille ou feuilles de bananier) constitue le meilleur moyen pour contrôler les mauvaises herbes.

c4- Protection phytosanitaire :

Les principales maladies du bananier connues dans le monde sont, pour la plupart, heureusement, inconnues au Maroc. C'est surtout la maladie de Panama, d'origine cryptogamique (Fusarium oxyspourm ssp.Cubense) qui est connue chez nous. Elle est dangereuse et elle existe aussi aux îles Canaries. Il est donc formellement déconseillé, dans le propre intérêt des producteurs, d'introduire du matériel végétal de l'étranger sans certificat d'indemnisation de maladies. Le Maroc est touché tout de même de quelques maladies et parasites fort préoccupants et qui sont :

* Les Nématodes :

Deux genres sont présents : Meloidogyne et Radopholus.

- Meloidogyne : Ces Nématodes sont endémiques des sols marocains cultivés, essentiellement par le maraîchage. Les plantations doivent être réalisées sur des sols sains ou assainis (Solarisation, traitement chimique ou jachère contrôlée). La solarisation, peu coûteuse, consiste à poser sur un sol humide une feuille de plastique, peut être usagée, mais sans perforations. La feuille est maintenue en place pendant environ deux mois en été, ce qui porte les premiers centimètres du sol à une forte température. La population des nématodes se trouve alors fortement réduite. La jachère doit être contrôlée car de nombreuses espèces adventices sont des hôtes des Meloidogynes. Le producteur dispose par ailleurs de deux molécules constituant la matière active des nématicides:

- Le phénamiphos, systémique, appliqué à 3 g / plant tous les quatre mois (produit commercial : NEMACUR IDG. 30 g/plant tous les quatre mois).

- L'éthoprophos, de contact, utilisé à la dose de 5 g/ plant tous les trois mois (produit commercial : MOCAP IDG, 50 g / plant tous trois mois).

Il est virement conseillé de respecter les doses et les fréquences maximales pour ne pas induire une biodégradation du nématicide dans le sol. Pour la même raison et afin d'éviter le phénomène d'accoutumance, il est nécessaire de pratiquer une alternance des nématicides.

- Radopholus. Ce nématode a été introduit au Maroc avec les premiers rhizomes plantés. Il reste localisé sur quelques parcelles de certaines régions et il est traité comme les Moloidogynes, mais il est encore plus redoutable et dangereux.

* Les champignons :

On ne recense que deux types d'attaques d'origine fongique :

- Verticillium theobromae : il attaque la fleur dans les tous premiers stades et provoque le «bout de cigare». On l'évite en pratiquant l'épistillage avant que les doigts ne deviennent horizontaux; il faut opérer en deux passages pour chaque régime. On peut aussi appliquer un fongicide dès la chute des bractées. Les plus efficaces des fongicides sont de la famille des dithiocarbonates (mancozèbe, manèbe, zinèbe), non phytotoxiques, et non dangereux pour l'homme. Certains produits possèdent une grande phytotoxicité sur les fruits; il faut alors les éviter. Un apport de nitrate de calcium, en pulvérisation foliaire, à raison de 15-20 Kg/100 litres d'eau, réduit efficacement le problème du bout de cigare, en analogie avec la pourriture apicale des cultures maraîchères (melon et tomate).

- Botrytis spp : il provoque la pourriture de la hampe au niveau de la section du bourgeon mâle. De nombreux fongicides sont efficaces (exemple le Bénomyl). La hampe doit avoir une bonne longueur afin d'éviter la montée éventuelle d'une attaque de champignon vers les doigts après la coupe de la fleur mâle.

* Les Acariens :

Les attaques de ces ravageurs commencent généralement à partir de la fin Mars. Ils constituent l'ennemi le plus redoutable de la culture. Les mauvaises herbes conditionnent la pullulation de ces ravageurs. Les acaricides utilisés sont Akkabar, Cropotex, César, KT22, Kelthane Peropal, Plictian, Mital et Tétrafol.

* Les chenilles :

On distingue les vers gris, les vers verts et les chenilles perforatrices. Les produits de traitement utilisés sont le karaté, Dursban, Cymbouch et Nuvacron à des doses respectives de 40 cc/hl, 100 cc/hl, 100 cc/hl et 100 cc/hl. Les chenilles attaquent aussi bien les parties végétatives que les doigts des régimes épistillés. Probablement l'épistillage constitue un accès pour ce ravageur et un moyen de dissémination. En plus, la nature du fumier et l'infestation en mauvaises herbes constituent un refuge et un moyen de pullulation des chenilles.

c5- Les Soins données aux bananiers :

* Tuteurage

Il est pratiqué pour éviter la chute du régime sous l'effet de son propre poids, il faut faire le tuteurage individuel ou le palissage par des ficelles.

* Epistillage : C'est l'élimination des pistils après la formation des mains en vue d'éviter l'installation du «bout de cigare».

* Effeuillage : Cette technique est pratiquée dans le but d'aérer les serres et d'exposer les régimes à la lumière.

* Oeilletonnage : Il est pratiqué continuellement pour réduire la compétition entre les rejets fils et la souche mère: il faut veiller à ne pas causer des blessures de racines de la souche mère afin d'éviter l'accès des agents pathogènes surtout la dissémination des nématodes.

* Ablation du bourgeon mâle : Il se fait 10 jours a prés le redressement des mains les plus basses à une distance de 15 à 20 cm de la dernière main. Après l'ablation du bourgeon mâle, un traitement fongicide grâce à la molasse, calmix ou un produit à base de cuivre est pratiqué pour éviter la remontée de la pourriture au régime. Cette pratique permet un gain de poids sensible, et limite les infestations des champignons.

d- Récolte :

La récolte des premiers régimes a lieu après 11 à 14 mois de la plantation. Généralement, les régimes sont récoltés après la disparition des angles des fruits. Le poids moyen des régimes est d'environ 20 à 40 kg. Parfois un régime peut peser 80 kilogrammes. Après la récolte du régime, on coupe le pseudo- tronc à une hauteur de 30 à 60 cm afin que les réserves qu'il contient soient transférées vers le rejet successeur.

e- Maturation et conservation :

Après la récolte, les bananes sont déposées pour quelques jours dans des mûrisseries où elles subissent un traitement à l'acétylène à des conditions de température et l'hygrométrie contrôlées. A travers l'exemple d'une mûrisserie à Benslimane (4 jours de traitement à l'acétylène), On comprend comment les températures sont réglées:

- Les deux premiers jours : T° : 18°C; Humidité :100%

- 3éme jour : T° :17°C; Humidité :75%

-4ème jour : T° :14°C; Humidité :85%

Co-auteurs= les professeurs de l'IAV Hassan II , Agronomie-département d'horticulture, unité de Rabat,

Ahmed Skiredj

Walali D.M. L.

Hassan El Attir

 

Fiches en arabe
Fiches en arabe2
Tomate industrielle
Exercices solutionnés
1. Axes de recherche sur la tomate industrielle 1. Formation des producteurs de haricot vert (Skhirat)
2. Endurcissement des plantules de tomate industrielle au Loukkos 2. Formation-assistance-pomme de terre (Benslimane)
3. Rentabilite de la tomate industrielle 3. pépinière (palmier et pélargonium)-Casa
4. Revue bibliog. Tomate industrielle ferti-irrigation 4. Rapport d'audit sur une bananeraie
Cours du professeur Ahmed SKIREDJ...
Articles divers
5. Rentabilité de la tomate-haricot vert (Gharb)
Cours construction des serres canariennes 1. Cultures de diversification cas du haricot vert 6. Rentabilité du poivron sous serre (Menassra)
Cours 3eme agro 2. Melon au Haouz synthese 7. Création d'une unité bananière (Menassra)
Cours 4eme agro 3.Cultures aromatiques legumieres 8. Développement de la tomate industrielle (Gharb)
© www.legume-fruit-maroc.com, 2007-2012.