La production des legumes et fruits au Maroc
L'art de produire les legumes et les fruits au Maroc

Plan du site

www.legume-fruit-maroc.com

L'auteur du site

Les nouveaux cours 2012
  Nouveaux cours du professeur SKIREDJ
  Nouveautés

Fenêtre sur les articles du professeur ELATTIR

  Cours et articles du professeur ELATTIR
Les legumes à organes souterrains
  1. La betterave potagère
  2. La carotte
  3. Le fenouil de florence
  4. Le poireau
  5. La patate douce
  6. La pomme de terre
  7. L'ail
  8. Le navet
  9. Le topinambour
  10. L'echalote
  11. L'oignon
Les legumes à receptacle floral et inflorescences
  1. L'artichaut
  2. Le fraisier
  3. Le brocoli
Legumes et fruits
  1. L'aubergine
  2. Le cornichon
  3. Le melon
  4. Le pasteque
  5. Le poivron
  6. La niora
  7. La tomate industrielle
  8. La tomate sous abri
  9. Le concombre
  10. Les courges
  11. Le gombo
Les foliacées
  1. L'asperge
  2. La ciboulette
  3. Le cardon
  4. Le cerfeuil
  5. Le coriandre
  6. La laitue
  7. Le célerie
  8. Le persil
  9. Les chicorées
  10. Les choux
Legumineuses et maïs doux
  1. La feve en vert
  2. Le petit pois
  3. Le maïs doux
  4. Le haricot vert
Les cultures aromatiques
  1. L'absinthe
  2. Le sésame
  3. L'estragon
  4. La verveine
  5. La menthe
  6. Les épinards
Les fiches techniques des fruits
  1. L'abricotier
  2. L'amandier
  3. L'anonier
  4. L'avocatier
  5. Le bananier
  6. Le neflier du japan
  7. Le cognassier
  8. Le figuier
  9. Le figuier de barbarie
  10. Le grenadier
  11. Le jujubier
  12. Le kaki
  13. Les agrumes
  14. Le pecher et la nectarine
  15. Le poirier
  16. Le prunier
  17. La vigne
Logiciel de calcul des fumures
Découvrez le logiciel

 
 
Cherchez à l'intérieur du site: Legume Fruit Maroc
   
 
 
 

 

Rapport d'audit sur une Bananeraie

(Pr Ahmed Skiredj)

Exercice:

Vous êtes sollicités pour faire un rapport d'audit sur le fonctionnement d'une bananeraie et les compétences du gérant. Comment allez-vous procéder?

Réponse:

L'audit est une analyse complète de l'exploitation, permettant de porter un jugement objectif sur le degré de réussite du système de production, ainsi que sur la compétence du gérant en matière du train technique appliqué à la culture, de l'organisation du travail, de la gestion du personnel et du résultat global obtenu durant les trois dernières années de l'exploitation. Cet audit vise aussi à aider à mieux diagnostiquer la bananeraie, en analysant les données techniques, environnementales, commerciales et humaines mises en œuvre. Le présent rapport écrit comporte l'analyse détaillée de cet audit ainsi que les recommandations et conseils pratiques à mettre en oeuvre.

Deux principales approches ont été suivies :

  • Audit de vérification  : C'est une analyse de l'état du système de production, du point de vue de l'organisation, du résultat et des compétences. Il s'agit d'une approche à la fois globale et technique, basée sur la méthodologie et l'expérience; l'audit est réalisé en présence du gérant et en consultant ses rapports et documents.
  • Audit d'agrément  : L'agrément vérifie l'état du système vis-à-vis d'un référentiel existant et connu, tel que le respect d'exigences et de normes préalablement définies. Cet audit est réalisé indépendamment du gérant.

D'une manière globale, en comparant les données de l'année 1998 (référence : un mémoire de fin d'études agro.) et des années 2001, 2002 et 2003 (Référence : documents manuscrits du gérant), l'audit révèle une sérieuse dégradation de la bananeraie comme le montre le tableau suivant :

Serres/années

Superficie (ha)

Rang de génération

% du nombre de régimes récoltés sur le peuplement global

Production (T/serre/an)

Rendement (T/ha/an)

Serre 11- 1998

11- 2001

11- 2002

11- 2003

1,1

2

5

6

1

1420/2200= 64,5 %

 

r

1561/1820 = 85,7 %

34,3

17,4

r

35,8

30

15,5

r

32

Serre 12- 1998

12- 2001

12- 2002

12- 2003

0,6

2

5

6

1

890/1300 = 68,4 %

 

r

1002/1120= 89,4 %

20,6

3,4

r

24,2

28,8

4,8

r

34

Serre 13- 1998

13- 2001

13- 2002

13- 2003

1,1

4

7

1

2

1875/ 2250= 83,3 %

r

1940/ 2050= 94,6 %

685/ 1900 = 36,0 %

44

r

62

25

40

r

54

22,7

Serre 14- 1998

14- 2001

14- 2002

14- 2003

1

4

1

2

3

1550/ 2040= 76 %

 

1500/1890= 94,3 %

1130/1810= 62,4 %

33,4

38,3

31

23

33,4

38,3

31

23

Serre 15- 1998

15- 2001

15- 2002

15- 2003

1

1

4

5

1

1060/2200= 48,2 %

 

560/1460= 38,3 %

en cours

25,2

22

11,3

en cours

25,2

22

11,3

en cours

16- 1998

16- 2001

16- 2002

16- 2003

1,1

4

1

2

3

1790/2270= 78,9 %

 

1664/2100= 79,2 %

1107/2060= 53,7 %

39,9

31,6

33

24

36,3

28,7

30

21,8

17- 1998

17- 2001

17- 2002

17- 2003

1,3

4

7

8

1

2040/2320= 87,9 %

 

1440/1775= 81,1 %

en cours

56,2

17,4

31,7

en cours

43,2

13,4

24,4

en cours

19- 1998

19- 2001

19- 2002

19- 2003

0,9

2

5

6

1

1570/2010= 78,1 %

 

 

1506/1740= 86,5 %

32,1

19,3

r

32

35,6

21,4

r

35,5

20- 1998

20- 2001

20- 2002

20- 2003

0,9

2

5

6

1

1300/1950= 66,7 %

 

1087/1370= 79,3 %

en cours

28

19,2

21

en cours

31,1

21,3

23,3

en cours

21- 1998

21- 2001

21- 2002

21- 2003

0,7

2

5

6

1

1470/1980= 74,2 %

 

230/1609= 14,3 %

en cours

34,2

18,2

r

en cours

48,8

26

r

en cours

22- 1998

22- 2001

22- 2002

22- 2003

0,7

2

5

6

1

1075/1240= 86,7 %

 

147/794= 18,5 %

en cours

20,7

7

r

en cours

29,6

10

r

en cours

23- 1998

23- 2001

23- 2002

23- 2003

0,7

2

5

6

1

1185/1425= 83,1 %

 

136/948= 14,3 %

en cours

23,5

9

r

en cours

33,6

12,8

r

en cours

24- 1998

24- 2001

24- 2002

24- 2003

1,1

1

4

5

6

 

 

1284/2000= 64,2 %

1135/1820= 62,3 %

 

27,6

28,2

25

 

25,1

25,6

22,7

25- 1998

25- 2001

25- 2002

25- 2003

1,1

1

4

5

6

 

 

1337/1920= 69,6 %

930/1760= 52,8 %

 

20,4

24,1

18

 

18,5

21,9

16,3

(r)= renouvellement de la plantation (arrachage et nettoyage avant une nouvelle plantation).

A partir de ce tableau, les constatations suivantes peuvent être émises :

  • Les superficies sans production, notées (r), ne cessent d'augmenter d'une année à l'autre, comme le montre le tableau suivant :

Superficies sans production (ha/année)

Serres correspondantes

1998 : 0 ha perdu

-

2001 : 1,1 ha perdu

Serre 13

2002 : 4,7 ha perdus

Serres : 11 ; 12 ; 19 ; 21 ; 22 et 23

2003 : 5,3 ha en jeune plantation

Serres : 15 ; 17 ; 20 ; 21 ; 22 et 23

En effet, lors de l'année qui a précédé une nouvelle plantation, ces serres n'ont rien produit et ont bénéficié- si l'on puis dire- d'une année de jachère. Seule la serre 13 a connu un intérêt à cet arrêt de production puisqu'une année après, en 2002, la production a atteint 62 T/1,1 ha, soit 54 T/ha. Les autres serres n'ont pas dépassé 25 à 38 T/ha en leur première génération. L'arrêt de la production lors de l'année qui précède une nouvelle plantation ne présente aucun intérêt dans la bananeraie ; c'est à éviter.

  • Le rendement par ha en culture (en retranchant les superficies notées « r »), est passé de 35,3 T/ha en 1998 à 25,7 T/ha en 2003 et à 24,8 T/ha en moyenne des trois dernières années, comme le montre le tableau suivant :

Année

Rendement pondéré (T/ha)

1998

392,1 T/11,1 ha = 35,3 T/ha

2001

250,8 T/12,2 ha= 20,6 T/ha

2002

242,3 T/8,6 ha = 28,2 T/ha

2003

205,6 T/8 ha = 25,7 T/ha

C'est ainsi qu'entre 1998 et 2003, chaque serre a réduit sa production moyenne de 10 T/ha. La production a donc diminué ; il est important d'en chercher les causes. Celles-ci peuvent résider soit au niveau du nombre des régimes récoltés rapportés au peuplement total par serre, soit au rang des générations et par conséquent à la sélection des rejets successeurs.

  • En ce qui concerne le nombre des régimes récoltés rapportés au peuplement total par serre, le tableau suivant montre que ce % est assez constant et varie de 63 à 79 % entre 1998 et 2003, soit en moyenne 73 %, comme le montre le tableau suivant :

Année

Nombre de régimes récoltés par année en % du peuplement total (R en % P)

1998

72 %

2001

63 %

2002

76,6 %

2003

78,7 %

C'est ainsi que presque les trois quarts du peuplement végétal de chaque serre ne présentent aucune anomalie de retard ; les régimes non récoltés sont restés en phase de grossissement et seront comptés sur l'année d'après.

  • En ce qui concerne l'effet du rang de la génération, pour toutes serres et années confondues, le tableau suivant précise les données réelles de l'exploitation :

Génération

Serres

Rendement moyen T/ha

R en % P (en moyenne)

1

11,12,13,14,15,16,19

35,4

81

2

11,12,13,14,16,19, 20,21,22,23

32,2

73

3

14, 16

22,5

58

4

13,14, 15,16,17, 24, 25

31,2

73,6

5, 6 ; 7 et 8

11,12,15, 17, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25

18,5

63,2

Si l'on écarte la 3 ème génération qui n'est pas suffisamment représentative dans l'exploitation (puisqu'il n'y a que deux serres, 14 et 16), la diminution du rendement d'une génération à l'autre est réelle (35 T/ha à la première génération ; 32 T/ha à la seconde génération, 31 T/ha à la 4 ème génération et moins de 20 T/ha à partir de la 5 ème génération). D'une manière globale, le rendement a varié de 31 à 35 T/ha, sans trop de fluctuations, entre la première et la 4 ème génération, soit en moyenne 33 T/ha/an. Ce rendement semble être constant au niveau de l'exploitation durant les six dernières années pour les générations de 1 à 4. Les rangs supérieurs des générations (5, 6, 7 et 8) ne doivent pas être conduits au niveau de la bananeraie à cause de leur faible performance. En effet, ce sont les serres conduites en générations élevées (6 et 7) qui ont été sans production une année avant le renouvellement de la plantation. Ces serres devaient être renouvelées dès la récolte de la 4 ème génération.

  • En ce qui concerne le nombre de régimes récoltés rapporté au peuplement total par serre et par année, on constate qu'à la première génération, la récolte a concerné plus de 80 % des régimes en grossissement. A la 2 ème et à la 4 ème génération, ce % est tombé à 73- 74 %. Ces pourcentages sont assez satisfaisants. Par contre, à partir de la 5 ème génération, la récolte d'une année ne concerne que 63 % des régimes ; le reste est laissé pour l'année d'après, et le retard s'accumule d'une génération élevée à une autre. Cela rejoint la première recommandation qu'il ne faut pas conduire la bananeraie à plus de la 4 ème génération.

Par ailleurs, les conditions environnementales ne sont pas sans effet sur la bananeraie ; la température n'a pas été favorable. En effet,

  • En ce qui concerne les minima moyennes durant la mauvaise saison, entre Septembre et Avril, l'année 2003 a été relativement froide ( 10,3 °C en Sept. 2002 par rapport à 17,9 °C en 1998 ; 6,5 °C en Janvier 2003 par rapport à 9,7 °C en 1998 ; 8 °C en Avril 2003 par rapport à 11,2 °C en 1998).
  • En ce qui concerne les maxima, durant la saison sèche et chaude, en Juillet, la température n'a pas été favorable non plus. En effet, le maximum enregistré en Juillet 2003 a été de 32,7 °C en moyenne et a fortement dépassé le maximum enregistré en Juillet 1998 ( 27,7 °C ).
  • En ce qui concerne l'amplitude thermique enregistrée entre les minima et les maxima de températures, elle est la plus élevée en Juillet 2003 : 20 °C par rapport à 8 °C en 1998. En Juin 2003, elle a atteint 16,7 °C par rapport à 12 °C en 1998. En Septembre 2002, il y a 5°C de plus par rapport à 1998.

D'autre part, le sol semble être bien fertilisé et bien enrichi en phosphore et en potassium, sauf au niveau d'une partie des serres 14 et 16, ce qui signifie que le plan de fertilisation, conçu par le gérant n'est pas appliqué d'une manière homogène au niveau des serres. Une partie des plantes doit donc souffrir d'une carence en potasse au niveau des serres 14 et 16. La fertilité organique et phosphatée du sol est partout assez satisfaisante. A ce niveau, il semble qu'il n'y a pas d'anomalie.

Sur le plan phytosanitaire, les traitements envisagés par le gérant semblent être dans les normes. Par contre, des analyses poussées sur les nématodes n'ont pas été effectuées lors du présent audit à cause du temps qu'il en faut et du coût élevé qu'ils enregistrent. Les analyses de 1999 ont révélé l'existence de différents types de nématodes qui affectent négativement la production. L'application des nématicides a été recommandée dans des rapports antérieurs ; le gérant est bien vigilant sur cette application comme le montre les tableaux des fiches techniques.

Les fiches culturales qui décrivent le train technique de la bananeraie montrent que la culture est bien conduite dans l'exploitation. Les plans de fumures, les calendriers d'irrigation (communiqués oralement par le gérant) et des traitements sont bien conçus et semblent être bien adaptés aux conditions des serres et à un objectif de production élevée. Mais, le résultat a montré leur inefficacité ; ce qui nous pousse à émettre l'hypothèse suivante : il y a une mauvaise application des instructions du gérant et un apport hétérogène des quantités recommandées au niveau des serres.

L'observation de l'état des plantes et les quelques mesures de leur croissance effectuées au hasard au niveau d'une trentaine de tiges, montre qu'il y a une grande hétérogénéité de la vigueur des plantes et de leurs stades de développement. Cette hétérogénéité a toujours existé durant les dernières années dans l'exploitation, principalement à cause de l'avancement de la culture aux générations élevées (au-delà de la 5 ème génération).

En résumé, cette année 2003, il y a 5,3 ha de jeunes plantations, à compter en moins dans la production (en 1998, il y avait 11,1 ha en production, contre 8 ha en 2003) ; de plus, les serres 1, 2, 3, 4, 5 et 6 (soit 8,4 ha ) qui ne font plus partie actuellement des serres productrices dans l'exploitation, n'ont pas été totalement récoltées cette année ; le gérant estime les pertes à près de 100 Tonnes. Cette diminution des superficies en culture a donc sensiblement affecté la production, comme le montre le tableau suivant (relevé au 01-08-2003):

Serres

Nombre de régimes en floraison au 1/8/03

Nombre de régimes récoltés

Nombre de régimes restant

Tonnage perdu (estimé selon 20 kg/régime)

1

1743

416

1327

26,5 T

2

1627

562

1065

21,3 T

3

1401

435

966

19,3 T

4

2262

691

1571

31,4 T

Total

7033

2104

4929

98,5

De même, les serres 24 et 25 (soit 2,2 ha ) qui sont actuellement en 6 ème génération, ne peuvent que permettre une faible production ; cela pourrait également être à l'origine de la chute de celle-ci cette année.

Si l'on ajoute les mauvaises conditions de température (minima plus faibles et maxima plus élevées) de cette année et l'infestation des sols en nématodes malgré les traitements coûteux effectués, on comprend pourquoi la production a bien souffert en 2003.

La compétence du gérant ne semble être pour rien dans cette chute de production. En effet, la contradiction observée entre l'état hétérogène des plantes, leur faible production et la cohérence du train technique ne peut s'expliquer qu'à travers la mauvaise application des recommandations du gérant par les ouvriers ; un contrôle du travail devrait être plus poussé au niveau de l'exploitation.

En ce qui concerne l'organisation du travail dans la bananeraie, les programmes du gérant semblent être soigneusement conçus, mais leur application laisse à désirer à cause d'un contrôle peu efficace des ouvriers. Cela nous pousse à formuler la recommandation suivante : il est important de recruter un technicien qui aidera le gérant à effectuer les contrôles nécessaires dans l'exploitation.

En effet, le contrôle au niveau de l'exploitation est faible et inefficace à cause d'un manque de personnel de confiance auquel le gérant confie la distribution du travail. Il est donc recommandé, en plus du recrutement d'un technicien, que le contrôle soit régulièrement effectué par des enregistrements et par des rapports mensuels présentés au président du domaine.

Au niveau des serres, il est recommandé de noter le mois de formation du régime sur la tige de la plante afin de faciliter le suivi de son grossissement.

Une dizaine de plantes, choisies au hasard par serre doivent être identifiées et suivies dans leur croissance afin de faciliter le contrôle de leur état de vigueur et de l'avancement de leur stade de développement.

La sélection des rejets successeurs doit être effectuée avec plus de rigueur au niveau de la bananeraie afin d'éviter toute surprise de chute de production ou de son arrêt lors de l'année qui précède le renouvellement de la plantation.

Dès que la culture arrive à sa 4 ème génération, il faut prévoir son arrachage à la fin de la récolte afin de renouveler sa plantation.

Les serres 14, 16, 24 et 25 doivent être reconverties en vignobles ou en vergers d'agrumes puisque la culture est en génération avancée et la production est faible.

Fait à Rabat, le

Signé : ….

Fiches en arabe
Fiches en arabe2
Tomate industrielle
Exercices solutionnés
1. Axes de recherche sur la tomate industrielle 1. Formation des producteurs de haricot vert (Skhirat)
2. Endurcissement des plantules de tomate industrielle au Loukkos 2. Formation-assistance-pomme de terre (Benslimane)
3. Rentabilite de la tomate industrielle 3. pépinière (palmier et pélargonium)-Casa
4. Revue bibliog. Tomate industrielle ferti-irrigation 4. Rapport d'audit sur une bananeraie
Cours du professeur Ahmed SKIREDJ...
Articles divers
5. Rentabilité de la tomate-haricot vert (Gharb)
Cours construction des serres canariennes 1. Cultures de diversification cas du haricot vert 6. Rentabilité du poivron sous serre (Menassra)
Cours 3eme agro 2. Melon au Haouz synthese 7. Création d'une unité bananière (Menassra)
Cours 4eme agro 3.Cultures aromatiques legumieres 8. Développement de la tomate industrielle (Gharb)
© www.legume-fruit-maroc.com, 2007-2012.